SRADDET
Propositions des CCI d'Auvergne-Rhône-Alpes

"Pour une attractivité et un équilibre performant des territoires"
La CCIR a rédigé une contribution argumentée sur le futur Schéma Régional d’Aménagement, de Développement Durable et d’Egalité des Territoires (SRADDET). Celle-ci rassemble diverses propositions visant à renforcer l’attractivité de la région, à valoriser les richesses de chaque territoire et à concilier les nécessités environnementales, les aspirations des citoyens et les exigences de compétitivité des entreprises. Le présent document liste, sans ordre préférentiel, ces propositions.


La mobilité, premier facteur de localisation des entreprises
◾ Promouvoir pour tous les modes de transport une politique ambitieuse, adaptée aux besoins de chaque territoire, tant pour les voyageurs que pour les marchandises.
◾ Créer, renforcer et organiser les lieux physiques de l’intermodalité : gares, ports, aéroports, parcs-relais, centres logistiques urbains...
◾ Rendre compatibles et cohérentes les offres des différents opérateurs de la mobilité (ex : billettique commune entre réseaux urbains de transport en commun et SNCF).
◾ Améliorer en priorité l’accessibilité aux zones d’activités, pour favoriser l’emploi.
◾ Accompagner les plans de mobilité entreprises (PDE et PDIE).
◾ Soutenir les services de transport « d’aménagement », essentiels au désenclavement de territoires excentrés.
◾ Favoriser l’expérimentation et la mise en place de services de transport innovants : drones de livraison, TGV fret, vélos cargo, transport par câble...
◾ Réaliser les grandes infrastructures de transport nécessaires pour adapter la capacité des réseaux, désenclaver différents bassins de vie, assurer le rayonnement de la région ou améliorer la sécurité.
◾ Garantir la maîtrise foncière des terrains nécessaires aux futures infrastructures ou à l’extension des grands équipements de transport. Préserver le patrimoine ferroviaire.
◾ Renforcer l’entretien des infrastructures de transport, aujourd’hui nettement insuffisant.


Le numérique, une nécessité absolue pour tous les territoires
◾ Viser une couverture complète, ou quasi-complète, du territoire en matière de très haut débit et de téléphonie mobile, avec une priorité pour la desserte des zones d’activités.
◾ Prévoir une politique ciblée de soutien aux réseaux d'initiative publique investissant en dehors des zones denses fibrées par les opérateurs nationaux.
◾ Créer, notamment en milieu rural, des lieux d’accueil des entreprises (et de certains salariés dans le cadre du télétravail) où la connexion au très haut débit est garantie.
◾ Développer des centres de visioconférence facilement accessibles aux entreprises, notamment dans les bassins d’emploi excentrés.


Le foncier, un enjeu central du développement des territoires
◾ Préserver la vocation économique des espaces d’activités existants, en évitant notamment l’urbanisation du voisinage de ces espaces.
◾ Favoriser la réutilisation des friches économiques (réversibilité du foncier).
◾ Créer, en optimisant l’usage du foncier, de nouveaux espaces d’activités pour disposer d’une offre suffisante, diverse et adaptée aux demandes des entreprises dans tous les territoires. Impulser la création de zones d’activités d’excellence environnementale.
◾ Encourager la création d’espaces de coworking sur l’ensemble des territoires.
◾ Prévoir des schémas régionaux de cohérence de développement pour un certain nombre d’activités spécifiques (ex : logistique).

 

D’indispensables politiques sectorielles pour favoriser l’attractivité
◾ Veiller aux incidences sur l’aménagement du territoire de l’ensemble des politiques régionales (ex : localisation des établissements de formation et de recherche).
◾ Concernant les filières d’excellence spécifiques (pôles de compétitivité, clusters et autres), encourager les démarches territoriales locales et, si besoin, assurer la cohérence et la complémentarité des projets locaux portant sur les mêmes filières.
◾ Développer une politique d’image et de promotion de la région et de ses différents territoires, à travers notamment une politique de marques territoriales.
◾ Développer l’implantation d’institutions et l’accueil de manifestations nationales et internationales type salons dans les domaines économique, social et culturel.
◾ Aider à « fixer les populations » dans les zones en difficulté, via notamment la politique du logement et le maintien d’un socle minimal de services (éducation, santé...).
◾ Promouvoir l’équilibre entre pôles commerciaux et le renforcement commercial des centres-bourgs.
◾ Favoriser le développement du tourisme et de l’économie résidentielle.
◾ Agir pour maintenir et développer l’activité agricole – et l’agroalimentaire - dans une logique de filières structurantes pour les territoires ruraux.
◾ Accompagner les entreprises engagées dans la transition énergétique et écologique.
◾ Promouvoir le développement de « nouvelles » filières énergétiques : bois-énergie, bio-carburants, méthanisation, hydrogène, éolien, solaire… qui constituent un important vecteur d’activité pour de nombreux territoires.
◾ Soutenir l’écologie industrielle et territoriale (EIT) qui favorise l’optimisation des flux et les coopérations interentreprises au niveau local.
◾ Promouvoir et soutenir le développement de nouveaux modèles d’économie circulaire pour accroitre la performance des entreprises.
◾ Garantir les capacités de traitement, d’élimination et de stockage des déchets des activités économiques (DAE).
◾ Développer des politiques spécifiques pour des espaces à enjeux particuliers : plaine de Saint-Exupéry, Grand Genève, zones de montagne, espaces en bord de voie d’eau...

 

Pour garantir une mise en oeuvre efficiente du SRADDET
◾ Le SRADDET doit donner aux entreprises une visibilité à long terme de l’action publique, avec des calendriers et une définition claire du rôle de chaque acteur public.
◾ Le SRADDET doit permettre le dépassement des contraintes induites par les limites administratives, tant à l’échelle infra régionale que supra régionale.
◾ Associer étroitement les représentants du monde économique aux consultations publiques liées aux différentes procédures d’aménagement et d’urbanisme.
◾ Conduire des actions auprès du Grand Public pour favoriser l’acceptabilité sociale des projets structurants retenus (infrastructures, foncier à vocation économique...).
◾ Prévoir la mise en place d’observatoires et d’outils de suivi et d’évaluation du SRADDET.

 

Télécharger la contribution complète des CCI d'Auvergne-Rhône-Alpes