Emploi

Après un premier trimestre défavorable, le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A a diminué en avril (- 1,5 % en un mois, soit une baisse plus marquée qu’au niveau national) avant de remonter en mai. Le nombre d’inscrits en catégories A, B et C est en revanche resté orienté à la hausse (+ 0,6 % en un mois). La décrue du chômage de longue durée s’est interrompue. Le nombre de licenciements économiques s’est toutefois sensiblement réduit et les offres d’emploi enregistrées par Pôle emploi ont été plus nombreuses que les trimestres précédents.

 

DEMANDEURS D'EMPLOI

Repli du chômage en avril après un premier trimestre mal orienté.
A fin avril, près de 386 500 personnes étaient inscrites à Pôle emploi en catégorie A dans la région, soit une baisse de 1,5 % en un mois, plus marquée qu’au niveau national (- 1 %). La tendance sur un an est aussi favorable (- 1,7 %), et ce dans tous les départements de la région. L’amélioration a été la plus sensible pour les moins de 25 ans. Le nombre de demandeurs d’emploi de catégories A, B et C dépassait 632 300 personnes et demeure en hausse (+ 0,6 % en un mois, + 2,5 % sur un an). Le mois de mai n’a pas confirmé cette évolution avec une hausse du chômage de catégorie A (+ 1 % sur un mois dans la région, contre + 0,6 % en France métropolitaine). 

N.B. : Différents facteurs peuvent affecter les données : modification du suivi des demandeurs d’emploi, comportements d’inscription…

 

EMPLOI INTÉRIMAIRE

L’emploi intérimaire toujours en forte hausse​.
Au premier trimestre, les effectifs intérimaires d’Auvergne-Rhône-Alpes ont poursuivi leur nette progression avec + 11,8 % par rapport à la même période de 2016. Au niveau national, la hausse a été de 8,3 %, l’emploi intérimaire retrouvant un niveau comparable à celui observé avant la crise de 2008-2009. La bonne tenue de l’emploi intérimaire s’est confirmée en avril, avec une hausse de 13,4 % (contre + 8,2 % au niveau national). Tous les secteurs d’activité ont affiché une progression : + 21,8 % pour le BTP, + 13,9 % pour le commerce, + 13,2 % pour l’industrie et + 8,2 % pour les services. L’ensemble des qualifications est resté bien orienté.