Emploi

Davantage encore qu'au niveau national, le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A a continué de reculer en décembre (- 1,1 % sur trois mois et - 1,2 % sur un an). Malgré un nouveau repli sur trois mois, la tendance sur un an est en revanche restée défavorable pour l'ensemble des catégories A, B et C. Le chômage de longue durée est demeuré mal orienté. La croissance de l'emploi intérimaire a légèrement décéléré, atteignant cependant encore + 7,9 % sur un an en décembre puis + 7,6 % en janvier. Après une très bonne année 2017, le marché de l'emploi cadre devrait être au plus haut en 2018.

 

EFFECTIF SALARIÉ

Poursuite de la hausse des effectifs salariés.
Au troisième trimestre 2017, en Auvergne-Rhône-Alpes, les effectifs salariés du secteur privé ont progressé de 0,3 % par rapport au trimestre précédent (en données corrigées des variations saisonnières). Cette évolution a été légèrement supérieure à celle du trimestre précédent (+ 0,2 %). La hausse a été portée par le tertiaire (+ 0,3 %) et, fait nouveau, par l'industrie (+ 0,1 %). L'effectif salarié a en revanche reculé dans le BTP (- 0,2 %).

N.B. : Les séries connaissent des modifications (champ, source, méthodologie) à compter du premier trimestre 2017. Les données des trimestres antérieurs au 3e trimestre 2017 ont été révisées du fait des traitements de dessaisonalisation. Les données du 4e trimestre 2017 n'étaient pas disponibles à la date de parution. Les données ne prennent pas en compte les missions d'intérim. Depuis mars 2015, les Déclarations Sociales Nominatives (DSN) se substituent progressivement aux Bordereaux Récapitulatifs des Cotisations (BRC). A ce stade de la montée en charge, les effectifs y sont déclarés pour chaque établissement suivant la même définition que dans les BRC. Les DSN sont mensuelles. La mise en ouvre progressive du nouveau dispositif, ainsi que la refonte de la chaîne de traitement statistique des effectifs salariés associée, pourraient conduire à des révisions plus importantes.

 

 

MASSE SALARIALE

La masse salariale, toujours en hausse.
La masse salariale a continué de progresser au troisième trimestre 2017 (+ 0,8 % par rapport au trimestre précédent). Cette croissance a été légèrement moins importante qu'au trimestre précédent (+ 0,9 %). L'augmentation de la masse salariale a été portée par le tertiaire (+ 1,0 %) et le BTP (+ 1,4 %) alors qu'elle a stagné dans l'industrie (0,0 % contre + 0,8 % au premier semestre). N.B. : Les données des trimestres antérieurs au 3e trimestre 2017 ont été révisées du fait des traitements de dessaisonalisation. Les données du 4e trimestre 2017 n'étaient pas disponibles à la date de parution.

Consultez l'intégralité des publications :
URSSAF région Auvergne
URSSAF région Rhône-Alpes

 

 

MARCHÉ DE L'EMPLOI CADRE

Les recrutements de cadres au plus haut.
Le bilan de l'année 2017 s'est avéré très positif avec 27 810 embauches de cadres, soit près d'un quart de plus que l'année précédente. En 2018, les entreprises de la région prévoient de recruter entre 28 950 et 31 840 cadres, une progression de 4 % à 14 % similaire aux prévisions nationales. Les fonctions informatiques, études, recherches, développement et commerciales seraient les plus recherchées. Les cadres totalisant de 5 à 10 ans d'expérience devraient être les plus courtisés mais les débutants pourraient aussi profiter du marché particulièrement porteur.

 

 

DEMANDEURS D'EMPLOI

Repli confirmé du chômage au dernier trimestre 2017.
A fin décembre, le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A (382 580 inscrits) a diminué de 1,1 % sur trois mois et de 1,2 % sur un an. La décrue est restée plus sensible qu'en France métropolitaine (respectivement - 0,7 % et - 0,5 %). La tendance sur trois mois s'est stabilisée pour les demandeurs d'emploi de 50 ans ou plus (0,0 %), mais elle est restée défavorable sur un an (+ 2,0 %). Pour l'ensemble des catégories A, B et C (641 080 inscrits), les évolutions sont restées au recul sur trois mois (- 0,3 %) et à la hausse sur un an (+ 2,7 %).

N.B. : Différents facteurs peuvent affecter les données : modification du suivi des demandeurs d'emploi, comportements d'inscription...

 

LICENCIEMENTS ÉCONOMIQUES

Net recul des licenciements économiques en fin d'année.
Après un repli modéré lors des mois précédents, le nombre d'entrées à Pôle emploi suite à un licenciement économique a diminué de 10,6 % sur un trimestre et de 19,6 % sur un an au cours de la période octobre-décembre 2017. Parmi les autres motifs d'entrée à Pôle emploi, les fins de missions d'intérim sont restées orientées à la baisse sur trois mois (- 2,5 %) mais en forte hausse sur un an (+ 11,5 %). Les fins de contrats à durée déterminée ont en revanche affiché une légère hausse sur trois mois (+ 0,2 %) et un repli sur un an (- 1,5 %).

 

CHÔMAGE DE LONGUE DURÉE

Nouvelle augmentation du chômage de longue durée.
Mal orienté depuis la mi-2017, le nombre de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi depuis un an ou plus (en catégories A, B et C) a en décembre augmenté de 2,0 % sur trois mois. Par rapport à l'année précédente, la hausse a atteint 4,7 %. En France métropolitaine, les évolutions ont été respectivement de + 1,7 % et + 5,1 %. Le chômage de longue durée concernait 273 770 personnes en fin d'année dans la région, soit 42,7 % de l'ensemble des demandeurs d'emploi (contre une proportion de 45,1 % dans l'hexagone).

 

EMPLOI INTÉRIMAIRE

Forte hausse de l'emploi intérimaire en 2017.
Sur l'ensemble de l'année, les effectifs intérimaires ont augmenté de 11,3 % dans la région (contre + 8,5 % au niveau national), soit davantage encore que l'année précédente (+ 5,4 %). La croissance a un peu décéléré au quatrième trimestre. En janvier 2018, l'emploi intérimaire a progressé de 7,6 % sur un an, soit un peu moins qu'au niveau national (+ 8,4 %). La hausse a atteint 18,3 % dans les services, 15,7 % dans les transports et 5,3 % dans l'industrie, mais seulement 1,7 % dans le BTP et 0,3 % dans le commerce. Les effectifs intérimaires ont diminué chez les cadres et professions intermédiaires (- 4,4 %).

Le baromètre PRISM'EMPLOI est réalisé chaque mois depuis 2011 par PRISM'EMPLOI, organisation professionnelle qui regroupe au plan national plus de 600 entreprises de toutes tailles, représentant 90 % du chiffre d'affaires des professionnels du recrutement et de l'intérim.