Industrie

La progression du chiffre d’affaires des entreprises industrielles, toujours plus marquée dans la région qu’au niveau national, s’est accentuée au quatrième trimestre. La situation financière des entreprises est demeurée satisfaisante avec une amélioration des trésoreries dans presque tous les segments. Les dépenses d’investissements sont restées stables et sans relief mais les perspectives semblaient mieux orientées pour le premier trimestre. L’activité de la chimie-parachimie s’est améliorée en fin d’année 2016, notamment soutenue par les commandes à l’export. La situation de la plasturgie s’est redressée en janvier après une fin d’année difficile.

CHIFFRE D'AFFAIRES DES ENTREPRISES

Le chiffre d’affaires de l’industrie toujours orienté à la hausse.
Au quatrième trimestre 2016, le chiffre d’affaires de l’industrie manufacturière a progressé de 5,8 % sur un an, soit une hausse plus marquée qu’au trimestre précédent. Bien qu’un peu ralentie, la progression du chiffre d’affaires réalisé à l’export (tous secteurs d’activité confondus) a encore atteint 3,6 %. Les tendances nationales sont demeurées moins favorables, avec + 2,7 % pour le chiffre d’affaires de l’industrie et - 2,8 % pour celui réalisé à l’export.

N.B. : Les valeurs de chiffres d’affaires présentées correspondent aux chiffres d’affaires des entreprises dont le siège social est en Auvergne-Rhône-Alpes.

 

PLASTURGIE 

Redressement de l’activité en début d’année.
Après un mois de décembre 2016 difficile, la situation des plasturgistes s’est légèrement améliorée en janvier, et ce malgré la flambée du prix des matières premières affectant les marges. L’emploi a été bien orienté, les volontés d’investissement ont persisté et la trésorerie des entreprises s’est améliorée. De nombreux marchés ont bénéficié de cette reprise, notamment le BTP et l’automobile. Seuls les marchés de la grande consommation et du sport-loisirs ont souffert d’un manque d’activité. Bien que le contexte économique et politique - tant en France qu’au niveau international - freine les commandes, plus de 50 % des plasturgistes tablent sur une hausse d’activité au cours des mois à venir.